Un exercice pour être plus en phase avec votre vie

La réussite et la performance sont au coeur de nos vies. Nous devons TOUT réussir. Avoir de l’ambition, le job de nos rêves, une vie sentimentale remplie, un vie familiale épanouie. Bref, entre les « il faut » et les « je dois », nous nous foutons assez peu la paix et avons l’impression de subir plus que de vivre. En novembre 2016, le magazine Psychologie publiait sur son site un exercice proposé par Ilios Kotsou, chercheur en psychologie positive.  Cet exercice est à mettre en pratique pendant un mois. Il a pour objectif de vous permettre de reprendre le contrôle sur votre vie pour ne plus avoir le sentiment de passer à côté. Exercice !

L’exercice

L’idée de cet exercice est de se rappeler pourquoi on fait les choses, voire de décider de les faire un peu différemment.

Pendant un mois, l’objectif est de remplacer les « il faut » et les « je dois » par des « je le fais pour… ».

Ce n’est donc plus une sommation de l’extérieur qui vous oblige à faire les choses, mais une décision que vous prenez.

Et concrètement, cela donne quoi ?

Par exemple, « lundi, je dois reprendre le travail » (ce qui m’agace un peu) devient pour moi « lundi, je travaille pour avoir de l’argent pour payer mon loyer, m’offrir un dîner au restaurant, et aussi pour rencontrer de nouvelles personnes sur mon lieu de travail ».

« Il faut que je prenne le métro » devient « Je prends le métro pour lire un livre, me rendre à un rendez-vous, imaginez la vie des autres… ». Pour ne rien vous cacher, je déteste tellement le métro que je m’arrange pour faire une partie de mon trajet en vélib. « Je fais donc du velib pour (non pas éviter le métro) traverser le bois de Boulogne et admirer les couleurs de l’hiver, m’aérer, faire du sport et me sentir libre ».

Cet exercice correspond à mon 33ème qui est de prendre ma place. D’ailleurs, je prends ma place pour ÊTRE.

Je commence cet exercice aujourd’hui. Rendez-vous dans un mois pour savoir ce que cela m’a apporté !

Et vous, que « faites-vous pour » aujourd’hui ?

Laisser un commentaire