Le jour où j’ai compris la gratitude ou comment je suis devenue moins frustrée

De décembre à février j’ai rempli chaque soir un cahier des gratitudes pour remercier de toutes les choses chouettes qui m’arrivaient dans la journée. L’exercice plutôt sympathique me permettait de finir la journée sur une note positive. Je pensais que la gratitude c’était ça. Seulement un jour, j’ai oublié de le remplir et il a disparu dans les méandres de mon logement (pourtant pas si grand). La vie a continué et je pensais régulièrement à dire merci en mode gratitude. Jusqu’au jour où, grosse galère sur mon compte bancaire. Un médecin qui pourtant m’avait promis d’attendre pour déposer 6 chèques les encaisse. Et là, c’est l’hécatombe. Mon banquier m’appelle, j’emprunte de l’argent, je remercie et je fais face en râlant après ce médecin, mon banquier, la vie… Mais qu’est-ce que cela à voir avec la gratitude ? Je vous dis tout !

Le mois suivant sur les conseils d’une amie, je fais un budget prévisionnel. Et là, je découvre que nous ne sommes que le 1er, sauf que pour mon copte bancaire, c’est déjà la fin du mois. Je raconte donc à qui veut m’entendre toutes mes histoires d’argent et Ô combien la vie est difficile. Un ami me demande alors ce que j’ai mis dans mon budget. Je lui fais part de mes dépenses dont un billet d’avion pour Nice. Avec ma meilleure amie, nous avons même partagé les frais tellement nous avons envie de nous retrouver. Là, cet ami, que j’ai franchement trouvé rabat joie, me dit alors que tout le monde n’a pas la chance de partir en week-end.

Un sentiment étrange m’envahit. Un truc agréable en fait.

C’est quelques jours plus tard que j’ai compris. Une amie partage avec moi un article intitulé 10 stratégies pour ne plus jamais dépenser inutilement. Comme j’en ai un peu ras-le-bol des amis qui me veulent du bien, je lui explique que ce dont j’ai besoin c’est surtout de ne rien dépenser. Comme elle insiste, je finis par le lire cet article. Je passe très vite les basiques du type « suivre ses dépenses » ou encore « éviter les tentations ». Puis j’arrive au dernier point « Soyez reconnaissant pour tout ce que vous avez déjà ». Là je me mets en pause et je repense à mes achats. Un sentiment étrange m’envahit. Un truc agréable en fait. Je me suis sentie heureuse d’avoir pu acheter ce billet d’avion et voir bientôt mon amie. D’autant qu’en partageant le coût du billet avec moi, elle me montrait son amour. J’ai alors compris ce qu’était la gratitude.

Au passage, j’ai également compris comment moins dépenser. Pour cesser d’être frustrée et en manque, je pouvais choisir de me sentir heureuse pour les dépenses que j’avais réussi à faire. En théorie, ça peut sembler normal. C’est d’ailleurs le principe du verre à moitié plein. Sauf, qu’en pratique, ressentir physiquement la gratitude change tout. Je vais d’ailleurs essayer de la pratiquer au quotidien pour me délester du poids accumulé par frustration par exemple.

Ah oui, si vous vous posez la question, non je n’ai pas retrouvé mon cahier des gratitudes. Et vous, avez-vous déjà ressenti cette sensation physique de gratitude ?

2 Comments

  1. Laila

    Merci pour ton retour. C’est exactement ça : « positiver au lieu de ruminer la colère ». LA vie est tellement plus belle quand la gratitude nous envahit. Et peut-être qu’un jour nous ferons un pas supplémentaire pour nous rapprocher de la sobriété heureuse décrite par Pierre RABHI.

  2. Nath

    Coucou
    J’aime beaucoup ton article ! Je n’ai pas eu récemment LA grosse galère financière, mais les dernières fois où je me suis sentie frustrée de ne pas avoir pu faire ou acheter ceci ou cela, je me suis effectivement retournée vers ce que j’avais et le sentiment de gratitude je l’ai ressenti !
    Ne pas se laisser envahir par la frustration (oui, je ne suis pas une riche héritière… et alors ?!) et profiter de ce qu’on a c’est sympa ! Ça ne veut pas dire n’avoir plus du tout d’envies ou faire une croix sur certaines ambitions, mais simplement positiver au lieu de ruminer la colère.

Laisser un commentaire